• Un acheteur pour la Clinique !

    C’est le projet de la dernière chance. Le personnel de la clinique de Paray place tous ses espoirs dans le projet de Vitalia. Le PDG de Vitalia, Christian Le Dorze, expose ses ambitions...

    Le JSL du 17/04/2010.
    Divers  Lire la suite en PDF - Cliquez ici...

    Ce groupe qu'il achète la Clinique pour la sauver OK !
    Mais pas les services de l'Hôpital de Paray-le-Monial.

    Le Service Public n’est pas à vendre !

    votre commentaire
  • Santé : Rien ne va plus !

    On ne vous dit rien, on vous cache tout

    Selon nos informations, qui sont de source fiable, dans 2 ans toute la chirurgie actuellement partagée sur les deux sites de Montceau et du Creusot, sera transférée dans le nouveau Centre Hospitalier de Chalon qui louera probablement un étage à la chirurgie de la clinique Sainte-Marie.  Et l'on peut rajouter, sans risque de se tromper, que la chirurgie orthopédique ne sera plus pratiquée qu'à l'hôpital privé de Dracy-le-Fort en pleine expansion. Cette nouvelle ne nous surprend pas du tout car l'objectif à atteindre prévu par le Schéma Régional de l'Organisation Sanitaire (SROS) en Bourgogne depuis 2006 et de n'avoir plus qu'un seul Centre Hospitalier en Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO) par territoire sanitaire. Nous en avions dénoncé sa finalité peu de temps après sa parution dans  l'édition d'un petit journal diffusé à 15 mille exemplaires dans le bassin minier. En même temps nous avions expliqué que ce site unique s'appellerait "Site Pivot" et qu'il avait pour obligation de "coopérer" avec au moins un établissement privé. C'est chose faite à Chalon avec la clinique Ste Marie et l'Hôpital chirurgical orthopédique de Dracy-le-Fort. Tout, absolument tout, est mis en œuvre pour atteindre graduellement dans le temps cet objectif fixé par le SROS. Il consacre la privatisation rampante et généralisée de l'offre de soins, contre notre service public de santé sans discrimination de revenus, avec dépassements d'honoraires médicaux sans limite auxquels personne ne pourra plus échapper s'il veut être soigner et s'il en a les moyens. Cette insidieuse transformation a pu être mise en évidence avec la fermeture du bloc opératoire public tout neuf à Autun et la menace actuelle de la fermeture de sa maternité dénoncée par une association locale autunoise. Il n'en a pas été autrement avec la fermeture honteuse des services de chirurgie équipés tout neuf au Centre hospitalier montcellien. On peut dire que les jours de vie du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) sont déjà comptés à tel point que les banques se refusent de lui prêter de l'argent si elles n'obtiennent pas des collectivités des cautions s'élevant à 1OO% de ses emprunts soit disant nécessaires pour rétablir son équilibre budgétaire (3x5 Millions d'Euros sur 3 ans). Rappelons que déjà la ville de Montceau s'est portée caution en 2008 pour 40% d'un emprunt de 4 M€ réalisé par le centre hospitalier montcellien. Que la ville de Saint-Vallier et le Conseil Général se sont partagés à part égale la caution à 1OO% d'un nouvel emprunt de 3 M€ en 2009. Ainsi donc le GCS à peine en chantier semble voué à une mort prématurée. Et il ne faut se faire aucune illusion il en ira pas autrement pour le projet de construction d'un nouvel hôpital communautaire. Comment aux yeux de l'opinion publique vont s'en tirer tous ceux qui ont défendu GCS et nouvelle construction ? Et surtout ceux qui élus (es) ont comme nous étudié les tenants et les aboutissants du SROS et savaient pertinemment depuis 2006 que cela se terminerait ainsi. Ceci dit nous sommes convaincus que seules les populations de Montceau et du Creusot associées aux personnels hospitaliers sont capables de modifier la donne par leur mobilisation qui est absolument indispensable. C'est donc à la tâche exaltante de travailler à l'élévation de leur niveau de prise de conscience pour rassembler et agir que va s'atteler notre Collectif sans plus tarder.

    Pour le Collectif, le président Maurice Gagnard, le 12/02/2010.
    www.pcf71-ducharolais.com


    votre commentaire
  • L'Avenir de la Chirurgie à Paray-le-Monial !

    Décidément le journal municipal "Vivre à Paray" est devenu un journal de propagande de l'UMP et du député Mr Nesme pour la politique de régression sociale mise localement en œuvre par Mr Sarkozy et son gouvernement.

    Après le dernier journal de juin 2009 avec la RCEA à péages ; c'est celui de décembre 2009 avec la justification de la privatisation de la chirurgie de l'hôpital public pour soit disant sauver la clinique privée avec une multitude de mensonges pour effrayer et faire avaler la pilule aux Parodiens :

    - Perte d'autorisation de cancérologie :
    FAUX : une autorisation existe au Centre Hospitalier et est confortée par un récent recrutement médical et le classement ISO de la préparation des chimiothérapies.

    - Les blocs opératoires ne fonctionnent qu'à 50% :
    FAUX : concernant celui du Centre Hospitalier, il est en constante augmentation d'activité depuis l'ouverture de l'hôpital neuf pour être actuellement au alentours de 4000 opérations par année (très au delà du seuil des 1500 opérations nécessaires pour fermer un bloc opératoire).

    - Une situation budgétaire déficitaire de 0,8 millions d'euros est avancée pour le Centre Hospitalier a cause du bloc opératoire :
    FAUX : Certes un déficit budgétaire existe au centre hospitalier qui est avant tout lié à des frais financiers (paiement d'intérêt d'emprunts aux banques concernant la construction de l'hôpital neuf). A noter qu'en 2009, ce déficit comptable est de 0,6 millions d'euros alors que Mr Nesme avance le chiffre de 0,8 millions et qu'il faut relativiser avec un budget global annuel de 54 millions d'euros. Rien à voir avec la dette de la ville de PARAY de 16 millions d'euros pour un budget global de 20 millions !!!?

    - Mr Nesme s'en prend à l'occupation des locaux (blocage, obstruction radicale, etc…) :
    FAUX : S'il y a eu une saine réaction des personnels (hôpital et clinique, médical et soignant) avec la population qui se sont rassemblés pour défendre leurs emplois et leur service public ; aucun locaux n'a été occupé et l'activité de l'hôpital ou de la clinique n'ont jamais été perturbé par quoi que ce soit !

    - Le recours devant le tribunal administratif de l'accord cadre du 9 octobre 2009 avec KAPA Santé déposé par les sections syndicales CGT et CFDT est présenté comme une difficulté majeure :
    FAUX :ce recours ne vise qu'a vérifier la légalité de cet accord ; si les promoteurs de cet accord n'ont rien à se reprocher ; il n'y aurait aucun problème pour eux : Peut être que privatiser des services publics , faire supporter tous les frais à l'hôpital public  ne sont pas très légales et ont fait fuir KAPA Santé !

    - A noter qu'en 2009 le Centre Hospitalier de PARAY bénéficie d'un très bon classement comme premier établissement de Saône-et-Loire pour l'efficacité de la lutte contre les infections nosocomiales et globalement pour ses résultats qualitatifs  grâce à des équipes médicales et soignantes qui travaillent bien dans l'intérêt sanitaire de la population. Est ce cela qui gène notre gouvernance hospitalière ?

    - Si pour Mr Nesme et ses amis de l'UMP (Ministère de la Santé et Direction Régionale) la seule voie c'est pour eux la privatisation de la chirurgie publique et d'autres services médicaux-techniques de l'hôpital public en les bradants à des opérateurs (rapaces) financiers.

    D'autres voies basées sur une coopération équilibrée public- privé et d'autres établissements publics environnant sont les voies du bon sens plutot que de se faire la guerre par une concurrence insensée.

    Le Mercredi 13 Janvier 2010.  http://www.pcf71-ducharolais.com


    votre commentaire
  • Les Tractations vont bon train en coulisses.

    Alors que le raprochement entre l’hôpital et la clinique piétine, les tractations vont bon train en coulisses.

    Depuis le début de l’affaire, le flou le plus complet règne sur le rapprochement des deux établissements.

    Le JSL du 31/10/2009.

    - Lire l'article du JSL, Cliquez ici...



    Clinique-Hôpital de Paray, l'échéance du 30 Octobre 2009 repoussée.

    - Lire l'article de La Renaissance du 30/10/2009, Cliquez ici...



    Les tractations en coulisses pourquoi faire ?

    Suite à la décision de la Commission médicale d'établissement de refuser l'accord cadre proposer par Kapa-Santé. Les directeurs de Kapa-Santé ont pris soin de rendre visite à certains médecins piliers de l'établissement et leur proposer le même accord cadre mais avec cette fois ci, une proposition de dépassement d'honoraires ce qui assurerait un arrondissement de fin de mois intéressant pour quelques médecins, (et selon certaines rumeurs, une très très grosse prime par mois). Ce groupe financier veut acheter nos médecins qui ont déjà dit NON à ce plan de braderie des services de soins publics. Nous pensons que nos médecins seront encore dire NON selon leur éthique médicale et pour le bien de tous les patients du Charolais-Brionnais.

    Alors Kapa-Santé veut rencontrer les médecins de la CME ce Mercredi 4 Novembre 2009 à 12h30 en CME Exceptionnelle qui se terminera part un nouveau vote.

    Kapa-Santé ne veut pas de rassemblement social sous peine d'abandonner le projet... Encore un chantage de plus ! Donc nous invitons, comme l’intersyndicale de l’Hôpital, une fois de plus la population du Charolais-Brionnais à se mobiliser le :

    Mercredi 4 Novembre 2009 à 12h30 dans le Hall de Hôpital de Paray

    Pour que cette journée soit aussi forte en pression que celle du 16 Octobre 2009 et de repousser cette accord cadre qui a déjà reçu un NON clair et massif.
    Venez nombreux pour défendre l’avenir de la qualité de nos soins publics dans notre Hôpital public tout neuf.

    Le Collectif du 01/11/2009.



    votre commentaire
  • La cuisine va rester sur sa fin !

    Présentation
    Les cuisines de l’hôpital vont être amenées à fermer d’ici janvier 2010.

    Parce qu’elles ne répondent plus à certaines normes et que leur exiguïté rend tout aménagement impossible, les cuisines de l’hôpital de Charolles fermeront début 2010.

    Quelque 120 lits de résidents pour personnes âgées en EHPAD, 55 lits en SSR (soin de suite et de rééducation), et bientôt plus de cuisines. Voici quelle devrait être la situation de l’hôpital de Charolles en début d’année 2010. Car c’est désormais une certitude, d’ici le moins de janvier, même si aucun impératif de date n’a été communiqué, les repas ne seront plus préparés au sein même de l’établissement mais achetés à la cuisine de l’hôpital de Paray-le-Monial.

    Le JSL du 01/11/2009.

    Lire la suite de l’article du JSL, Cliquez ici…


    votre commentaire
  • L'Hôpital de Paray sur FR3 Bourgogne

    Présentation

    Un petit reportage vidéo a été réalisé ce jeudi 29 Octobre 2009 à 9h30 à l’Hôpital de Paray-le-Monial, pour prendre les avis des différentes entités qui sont parties prenantes dans ce dossier de menace des Services de Soins Publics de l'Hôpital public de tout le Charolais-Brionnais.

    Présentation

    Vous devriez voir, la représentante de l’intersyndical, un Médecin, le Président du CA, tous de l’Hôpital et un membre du Collectif SOS Santé Charolais représentant la population.

    Ce reportage doit passer ce soir à 19h00 aux actualités régionales de Bourgogne.

    Le Collectif du 29/10/2009.

    Présentation



    votre commentaire
  • Communiqué intersyndical du centre hospitalier de Paray-le-Monial.

    Les syndicats se félicitent de la décision de la commission médicale

    «Suite au débat public du 13 octobre dernier et à l’appel lancé à la population, nous avons eu la satisfaction de recevoir votre soutien. Ce soutien nous a permis de faire entendre nos inquiétudes et de porter nos revendications, soutenant ainsi les médecins toujours soucieux d’une prise en charge de qualité des besoins de santé de la population.

    La CME (commission médicale d’établissement) réunie le 16 octobre a donc partagé nos inquiétudes en s’opposant, par un vote largement majoritaire, à l’accord cadre signé le 9 octobre 2009 par M. Boyer, Directeur de l’Agence Régionale d’Hospitalisation, M. Herman, Directeur du Centre Hospitalier et le groupe Kapa Santé, en présence de M. Nesme et des Docteurs Bezin et Jamsin.

     

    Roth-JSL

     

    «Ne plus revivre ni chantage, ni pression» Aujourd’hui, si le projet tel qu’il est présenté aboutissait, ce serait en totale opposition avec le personnel médical et le personnel non médical, les usagers et la population, déjà très mobilisés par la pétition de défense du service public hospitalier. Mais encore les signataires (de cet Accord Cadre - NDLR du site) et témoins seraient tenus pour responsables du démantèlement du service public et des pertes d’emplois induites tant dans le secteur privé que dans le secteur public. Restons mobilisés et espérons ne plus avoir à revivre ni chantage ni pression, ni désinformation lorsque nous construirons en toute sérénité un projet pérenne dans le respect de la réglementation et pour le bien être du patient».

    Paru dans le JSL du 23/10/2009.


    votre commentaire
  • HÔPITAL-CLINIQUE : Le projet de groupement a pris un coup dans l’aile après le vote d’opposition des médecins du public.

     

    Vidéos
    Le Dr Bezin, président de la commission médicale de l’hôpital,
    et M. Hermann le directeur de l’établissement.
    Photo www.lejsl.com


    Les médecins de l’hôpital ont rejeté le projet de groupement avec la clinique.


    Mêmes joueurs jouent encore

     

    Le feuilleton du rachat de la clinique a connu un tournant décisif vendredi. Les médecins de l’hôpital ont refusé les conditions du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS). Le compte à rebours pour la survie de la Clinique est lancé.

     

    Vidéos

    Personnels et syndicats du public se sont invités à la réunion de la commission médicale de l’hôpital.


    Vendredi, 12h30, c’est la cohue dans le hall de l’hôpital des Charmes. Blouses blanches sur le dos, les infirmières ont quitté leur service pour se joindre aux étudiants, militants et personnels de l’établissement. Plus de 300 personnes sont présentes. La colère gronde.

     

    Emmanuel Daligand du JSL le 19/10/2009.

     

    Lire la suite de l’article du JSL, Cliquez ici…

     

    PS : Après La CME qui a dit NON, c'est autour du CTE qui s'est lui aussi opposé à cet accord cadre à 15h30 le même jour.

     


    1 commentaire
  • Hôpital-Clinique : On efface tout et on recommence

    Nouveau rebondissement hier dans le dossier sensible de l'avenir de la chirurgie en Charolais-Brionnais.


    Le personnel de l'hôpital s'est invité à la commission médicale pour montrer son désaccord face au projet.

    Un coup de tonnerre. Réunis en commission médicale d'établissement, les praticiens du public se sont prononcés contre le projet d'accord-cadre signé vendredi dernier lors du Conseil d'administration de l'établissement. Seize voix contre, cinq seulement pour, et une abstention. Un vote qui semble sceller le sort du Groupement de coopération sanitaire (GCS) nécessaire au rachat de la clinique de la Roseraie par le groupe privé Kapa Santé. « Juridiquement, c'est la décision du CA qui prime mais on ne peut pas aller contre l'avis des médecins » expliquait dépité M. Nesme, le maire et président du Conseil d'administration. Je suis très pessimiste pour l'avenir de la chirurgie à Paray ».

    Une ultime solution ?

    Depuis quelques jours, personnels et syndicats de l'hôpital public étaient montés au créneau pour dénoncer les conditions « inacceptables » de la création du GCS et les nombreux « cadeaux » faits à Kapa. « On veut brader l'hôpital public » clamait-on haut et fort. L'accord aurait donné au groupe privé la main mise sur le pôle chirurgical unique et entrainé des rapprochements dans de nombreux services. Désormais, tous les acteurs vont devoir se retrousser les manches pour trouver une « ultime » solution. L'accord-cadre devait être signé avant le 30 octobre pour valider le rachat de la clinique. Si aucune solution n'est trouvée d'ici là, l'établissement devra déposer le bilan.

    Emmanuel Daligand du JSL le 17/10/2009.


    votre commentaire
  • L’hôpital entre en Résistance

    Accueil

    Le rachat de la clinique de la Roseraie suscite un tollé.

    Alors que l’accord-cadre pour le rachat de la clinique par le groupe privé Kapa Santé a été signé vendredi, syndicats et personnels de l’hôpital montent au front. Ils dénoncent des conditions inadmissibles et la mise à sac de l’hôpital public.

    Jean-Marc Nesme a dû avoir les oreilles qui sifflaient mardi soir. Le député-maire de Paray-le-Monial, et président du conseil d’administration de l’hôpital, en a pris pour son grade lors de ce grand débat sur l’avenir de la santé en Charolais-Brionnais organisé par les syndicats.

    La raison de cette colère ?

    Lire article au complet du JSL, Cliquez ici...

    Le JSL du 16/10/2009.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique